Recette Pour : – Personnes
Temps de Préparation : –
Temps de Cuisson : –

ingrédients
– poivre
– beurre
– sel

Préparation de la Recette
1 – Choisissez un mouton, un agneau de lait, un mouflon, une gazelle… bien gras.

2 – Egorgez, dépouillez et videz l’animal ; embrochez-le de la tete à la queue avec une perche. Liez les épaules au cou avec une ficelle, étirez les gigots le long de la perche et liez-le également avec de la ficelle. Assaisonnez fortement de sel et de poivre.

3 – Creusez une fosse de 1 métre sur 2,50 métres, mettez du bois de plusieurs essences et allumez. Lorsqu’il se sera formé une braise très chaude, placez le mouton à environ 50 centimétres au-dessus du foyer, les deux extrémités reposant sur deux supports en forme de Y ou de X. Placez le méchoui au-dessus de la braise et tournez la perche pour qu’il soit tout entier exposé au feu. Au fur et à mesure étendez, à l’aide d’un pinceau, du beurre fondu sur le méchoui.

4 – La cuisson du méchoui exige une attention toute particuliére, car il ne peut etre parfait que roti graduellement sur un brasier entretenu continuellement au meme degré de chaleur, surveillé et arrosé de beurre fondu. Il est à point lorsque, en le piquant avec la pointe d’un couteau, il ne laisse pas échapper de gouttes rosées ; il doit avoir une belle couleur dorée. L’odeur délicieuse de sa chair rissolée et croustillante remplit l’air parfumé des essences de bois qui ont servi à sa préparation.

5 – Lorsqu’il est à point, débrochez et étendez-le sur un grand plateau (de cuivre) au milieu de la table.

6 – Le méchoui ne peut être apprécié que mangé selon la coutume : avec les doigts en tirant sur les chairs. Tout le mérite de ce mets consiste dans la saveur de sa chair rissolée. Ne laissez jamais refroidir un méchoui, car sa chair devient molle et sa peau perd de sa croustillance et de sa saveur.

7 – Le méchoui terminé, faites passer, une aiguiére contenant de l’eau tiède parfumée à la rose, qui permettra aux convives de se rincer les doigts.

Articles apparentés

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Manger doucement !
Manger doucement ! Sans oublier de mâcher. Voici deux principes qui devraient déjà grandement réduire cette impression (justifiée) de ballonnement. On a trop souvent tendance à manger en faisant autre chose, notamment lors de pauses déjeuner écourtées ou faites devant l'ordinateur. A engloutir trop vite les aliments, on laisse passer trop d'air et l'on mâche mal. Très mauvais pour l'estomac : en plus de l'aérophagie, vous lui en demandez un peu beaucoup côté digestion... Et il risque de vous le faire savoir, notamment par une sensation de brûlure.
Le Vinaigre

L’apreté merveilleuse du vinaigre peut transformer comme par magie des aliments ordinaires. Mélangez-le à des fruits, des légumes ou de la viande, ou utilisez-le dans les mets cuits au four. Le vinaigre est unique de par son pouvoir d’assaisonner, attendrir et conserver les aliments, tout en décourageant les bactéries et facilitant la digestion. Le vinaigre est un surprenant entrepôt de bonnes choses.

La mastication des aliments
Ne pas oublier que la digestion commence dans la bouche, où la nourriture est malaxée à travers la mastication et imprégnée de salive. Destruction des structures solides (parois des cellules végétales), réduction de la taille (facilite le passage du bol alimentaire dans le pharynx) et augmentation de la surface de contact avec les enzymes. [ Lire détail ... ]
Manger trop vite a des effets néfastes
Manger trop vite a des effets néfastes sur l’organisme. « Un estomac vide se voyant trop rempli en peu de temps se distend et comprime les organes autour, donnant lieu parfois à certains troubles fonctionnels (essoufflement, tachycardie, troubles du rythme cardiaque, ballonnement abdominal, douleurs, nausées...).